• Si L'Encyclopédie (1751-1772) dirigée par Diderot et D’Alembert, est un vaste ensemble de textes écrits, elle rassemble aussi de nombreuses illustrations, regroupées en onze volumes de planches parus de 1762 à 1772. 

     l'Encyclopédie

     

    Recueil des planches, volume 2

     

    l'Encyclopédie

    recueil des planches, volume 4

     

    l'Encyclopédie

    recueil des planches, volume 4

     

    en feuilletant l'Encyclopédie

    recueil des planches, volume 5

     

    en feuilletant l'Encyclopédie

    recueil des planches, volume 5

     

    en feuilletant l'Encyclopédie

     

    recueil des planches, volume 9

     

    La grande diversité des planches (dont on ne voit ci-dessus qu'une infime partie) rend compte de l'ambition de ce projet dont le frontispice fait la synthèse: 

     l'Encyclopédie

    Charles-Nicolas Cochin (1715-1790), Frontispice de L'Encyclopédie

     


    votre commentaire
  • Le néoclassicisme réagit aux extravagances du rococo par un retour au modèle antique et au beau idéal. Fantaisies et imagination sont abolies au profit de la sévérité, de la vertu et du patriotisme. Né à Rome au moment où l'on redécouvre Pompéi et Herculanum, le mouvement se propage rapidement en Europe et en France par l'intermédiaire des élèves peintres et sculpteurs de l'Académie de France à Rome. L’art antique est réinterprété, la sculpture grecque est l’idéal esthétique à imiter. Jacques-Louis David est le plus représentatif du néoclassicisme de la fin du XVIIIe siècle. Après David et les années de terreur post révolutionnaires, c’est son élève Jean-Auguste-Dominique Ingres qui donnera le ton à la tradition néoclassique. Le néoclassicisme touche aussi l'architecture, tant en Europe qu'aux Etats-Unis.

     

    Le néoclassicisme

    Gavin Hamilton (1723-1798), Achille se lamentant sur le corps de Patrocle, 1760-1763, Scottish National Gallery 

     

    Le néoclassicisme

    Joseph-Marie Vien (1716–1809), Jeune fille grecque au bain, vers 1767, Museum of Arts of Ponce, Puerto Rico

     

    Le néoclassicisme

    Anton Raphael Mengs (1728–1779), Persée et Andromède, 1773-1776, Musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg (nb: ce tableau fut acquis par Catherine II, voir article "Le rococo")

     

    Le néoclassicisme

     

    David, le Serment des Horaces, 1785, musée du Louvre

     

    Le néoclassicisme

    Jakob Philipp Hackert, Vue du Grand Théâtre de Pompéi, 1793

     

    Le néoclassicisme

    Bénigne Gagneraux, Le Génie de la Paix arrêtant les chevaux de Mars, 1794, Genève musée d'art et d'histoire

     

    Le néoclassicisme

    David, Les Sabines, 1799, Musée du Louvre

     

    Le néoclassicisme

    José Madrazo, la Mort de Viriatus, 1808, musée du Prado, Madrid

     

    Le néoclassicisme

    Antonio Canova, Persée tenant la tête de Méduse, 1801, Musée du Vatican, Rome

     

    Le néoclassicisme

     

    Pierre-Narcisse Guérin, Morphée et Iris,1811, Saint-Pétersbourg, musée de l'Ermitage

     

     


    votre commentaire
  • Quelques mots clés avant de faire quelques pas dans un petit musée virtuel: légèreté, gaieté, lumière, transparence, illusion, exotisme, sujets galants, fête, intimité, peinture, arts décoratifs...

    Pour de plus larges informations, on pourra se référer à cette page internet: http://www.histoiredelart.net/courants/le-rococo-7 

    Antoine Watteau, La Proposition embarrassante, vers 1715, Musée de L'Ermittage, Saint Petersbourg. 

     

    Le rococo

     Antoine Watteau, Les Bergers (Fêtes Galantes), vers 1717, Château de Charlottenburg, Berlin

     

    watteau accord parfait

    Antoine Watteau, L'accord parfait, 1719, Musée d'art du Comté de  Los Angeles

     

    Le rococo

    François Boucher, Le Déjeuner, 1739, Musée du Louvre

     

    Le rococo

    François Boucher, La toilette de Vénus, 1751, Metropolitan Museum, New-York

     

    François Boucher, Jeune Fille au repos, 1752, Alte Pinakothek de Munich

    François Boucher, Jeune fille au repos, 1752, Alte Pinakothek de Munich

     

    Le rococo

     Jean-Honoré Fragonard, Les hasards heureux de l'escarpolette, vers 1768, Wallace collection, Londres

     

    sanssouci

     

    Le rococo

    Château de Sans-Souci, Potsdam, Allemagne

    Cet édifice, achevé en 1747, fut construit à la demande de Frédéric II de Prusse qui en fit son palais d'été.  

     

    Le rococo

    Basilique d'Ottobeuren, Bavière

     

    Le rococo

    Palais Catherine de Tsarskoïe Selo, Saint-Pétersbourg, Russie: 

    En 1752, l'impératrice Élisabeth Ire ordonne la construction du palais. Elle baptise sa nouvelle demeure « palais Catherine », en l'honneur de sa mère, Catherine Ire, qui avait fait bâtir un petit château à cet emplacement. Le palais est inauguré le 30 juillet 1756. Catherine II, dite la Grande, agrandit le palais existant.

     

    Le rococo

    Nancy, Place Stanislas, Fontaine de Neptune la nuit

     

    Le rococo

    André-Charles Boulle, Commode, vers 1710-1720, Metropolitan Museum de New-York

     


    votre commentaire
  • Dans la deuxième moitié du 18ème siècle, la musique baroque laisse progressivement la place à la musique classique. le Larousse propose une définition simple de cette tendance esthétique: 

    "Ses principaux représentants se nomment Haydn, Mozart, Clementi, Beethoven. Ils évoquent une façon de penser et de sentir, une tournure d'esprit se manifestant par la maîtrise de la forme, la recherche d'un plan, une structure régulière, un langage harmonique et un programme tonal clairs, une certaine réserve dans l'expression, la carrure régulière de la mélodie, l'emploi de rythmes simples ; équilibre, clarté, élégance, ce sont là les qualités essentielles du classicisme musical, rejoignant ainsi celles de tout classicisme. "

    http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/le_classicisme_en_musique/185984

    Pour illustrer cet article, quelques extraits vidéos...

     

    W. A. Mozart, sonate n°16, interprétée par Daniel Barenboim

    "La sonate du début du classicisme comportait le plus souvent trois mouvements : rapide-lent-rapide. Cette structure est la plus fréquente chez Haydn et Mozart, et reste dominante chez Beethoven. Dans ces sonates à trois mouvements, l'ordre et la nature des mouvements peut varier. Chez Mozart, l'ordre vif-lent-vif domine nettement." (Larousse)

    Mozart, Symphonie n°35, dite "Haffner", premier mouvement.

     


    votre commentaire
  • Quand il se produit sur scène, les femmes s'évanouissent, on l'acclame... Non, il ne s'agit pas de Justin Bieber, ni d'un membre des One Direction mais du chanteur Carlo Broschi, dit Farinelli. Ce célèbre castrat italien (vous avez bien lu) né en 1705 et mort en 1782 fut une véritable vedette. Le film dont je vous propose ici un extrait retrace la vie (de façon très romanesque) de ce chanteur d'opéra. L'air que vous entendez s'intitule "Son qual nave ch'agitata" et fut composé par Riccardo Broschi le frère du chanteur. Baroque toujours: effets de surprise, vocalises spectaculaires, presque "monstrueuses", art savant de l'ornementation et des effets décoratifs. 

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires