• Pour éclairer un poème de Victor Hugo

    Un poème extrait des Contemplations qui n'est pas sans se souvenir des chansons populaires? 

     

    Elle était déchaussée, elle était décoiffée,

    Assise, les pieds nus, parmi les joncs penchants ;

    Moi qui passais par là, je crus voir une fée,

    Et je lui dis : Veux-tu t'en venir dans les champs ?

     

    Elle me regarda de ce regard suprême

    Qui reste à la beauté quand nous en triomphons,

    Et je lui dis : Veux-tu, c'est le mois où l'on aime,

    Veux-tu nous en aller sous les arbres profonds ?

     

    Elle essuya ses pieds à l'herbe de la rive ;

    Elle me regarda pour la seconde fois,

    Et la belle folâtre alors devint pensive.

    Oh ! comme les oiseaux chantaient au fond des bois !

     

    Comme l'eau caressait doucement le rivage !

    Je vis venir à moi, dans les grands roseaux verts,

    La belle fille heureuse, effarée et sauvage,

    Ses cheveux dans ses yeux, et riant au travers.

     

    Une chanson populaire ancienne attestée au 18ème :

     

     

    Aux marches du palais.

    Aux marches du palais.

    Y a une tant belle fille, Lonla,

    Y a une tant belle fille.

     

    Elle a tant d'amoureux.

    Elle a tant d'amoureux.

    Qu'elle ne sait lequel prendre, Lonla.

    Qu'elle ne sait lequel prendre.

     

    C'est un p'tit cordonnier.

    C'est un p'tit cordonnier.

    Qu'a z'eu la préférence, Lonla.

    Qu'a z'eu la préférence.

     

    C'est en la l'y chaussant.

    C'est en la l'y chaussant.

    Qu'il y fit sa demande, Lonla.

    Qu'il y fit sa demande.

     

    La belle si tu voulais.

    La belle si tu voulais.

    Nous dormirions ensemble, Lonla.

    Nous dormirions ensemble.

    Dans un grand lit carré.

    Dans un grand lit carré.

    Couvert de teille blanche, Lonla.

    Couvert de teille blanche.

     

    Aux quatre coins du lit.

    Aux quatre coins du lit.

    Un bouquet de pervenches, Lonla.

    Un bouquet de pervenches.

     

    Dans le mitan du lit.

    Dans le mitan du lit.

    La rivière est profonde, Lonla.

    La rivière est profonde.

     

    Tous les chevaux du Roi.

    Tous les chevaux du Roi.

    Pourraient y boire ensemble, Lonla.

    Pourraient y boire ensemble.

     

    Et nous y dormirions.

    Et nous y dormirions.

    Jusqu'à la fin du monde, Lonla.

    Jusqu'à la fin du monde.


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :